archives pour juin 2010

  Après les tortures, 15 ans de prison pour l’écologiste tibétain Karma Samdrup

karma-samdrupKarma Samdrup en décembre 2008/AP


Dénonciation de fausses preuves et témoignages et allégations de torture n’auront pas dissuadé les juges. Karma Samdrup est condamné à 15 ans de prison pour des faits datant d’une décennie. Sa défense dénonce d’autres motivations : lui et ses frères ont osé accuser des officiels de trafic d’espèces en danger.

[…]


Karma Samdrup, homme d’affaires et écologiste tibétain plusieurs fois récompensé, a été condamné, jeudi 24 juin, à 15 ans de prison par la cour du district de Yanqi, dans la province du Xinjiang voisine du Tibet, a rapporté son avocat.


L’homme était accusé de s’être livré à un commerce d’antiquités pillées dans des tombes, une charge vieille de 10 ans.


Pour ses soutiens, cette très lourde sentence n’est qu’une manière de punir cet environnementaliste pour avoir pris la défense de ses deux frères, arrêtés en août dernier après avoir osé accuser des officiels locaux de se livrer à un commerce illicite d’espèces en danger. Les deux hommes étaient également à la tête d’une ONG au Tibet. Le second, handicapé, purge à l’heure actuelle une peine de 21 mois dans un camp de rééducation pour « atteinte à la sécurité nationale ». Le premier, accusé de « subversion à la sécurité de l’Etat », une qualification pénale plus grave, devait être jugé ce jeudi 24 juin, mais son procès a récemment été reporté à une date non communiquée.


Karma a dénoncé lors de son procès les tortures dont il a été la victime pendant ses six mois de détention.

Lors de la première audience, mardi, il a raconté avoir été battu jour et nuit par la police pour avouer. Les agents lui administraient des drogues le faisant saigner du nez et de la bouche. Il dit aussi avoir été suspendu en l’air plusieurs heures durant. Il a perdu environ 15 kg.


Lorsqu’elle l’a vu apparaître à l’audience, sa femme s’est montrée choquée, rapporte le quotidien hongkongais South China Morning Post. Celle-ci n’avait pas revu son mari depuis son arrestation.


Karma, un des plus importants collectionneurs d’antiquités tibétaines, a fondé il y a 5 ans une ONG pour la protection des trois rivières du Qinghai, activité qui lui a valu plusieurs prix. En 2006, la puissante chaîne de télévision nationale CCTV l’a même nommé philanthrope de l’année pour avoir su « créer une harmonie entre les hommes et la nature ».


Son avocat, Pu Zhiqiang, et sa femme se sont également plaints de multiples irrégularités lors du procès, telles que l’apport de fausses preuves et faux témoignages.


Selon les ONG de défense des droits de l’homme, cette sentence n’est qu’une nouvelle illustration du renforcement de la répression à l’encontre des artistes, intellectuels et étudiants tibétains depuis les émeutes de mars 2008.


Le juge n’a même pas tenu compte du témoignage de Karma à propos de ses sévices en prison, rapporte son avocat dans le New York Times.


Ironie du sort, le jour de l’annonce de ce verdict, la presse chinoise, restée totalement silencieuse sur cette affaire, annonce que la Cour suprême interdit désormais aux cours inférieures de retenir des aveux obtenus sous la torture.


source : Aujourd’hui la Chine

 

  3 moines tibétains arrêtés à Chamdo

3 nouvelles arrestations de moines du monastère de Wara le 7 juin d’après la radio Voice of Tibet.

[…]


3 moines du monastère de Wara de la municipalité de Thangpu, district de Jomda (chinois : Jiangda xian) dans la préfecture de Chamdo, Région « Autonome » du Tibet, ont été arrêtés après avoir été convoqués pour un interrogatoire portant sur les manifestations en 2008 et en 2009. La police les accuse d’avoir initié et conduit les manifestations dans le district de Jomda.


Kelsang Dhargay, 32 ans, Tashi Lhundup, 22 ans, et Tashi Wangdue, 35 ans ont été arrêtés le 7 juin 2010 au quartier général de la police du district.

Le moine dernier, 6 autres moines avaient déjà été arrêtés.

source : Phayul