archives pour mai 2018

  Le village de Xi Jinping

À Liangjiahe, un petit village du centre de la Chine, les visiteurs peuvent visiter les sites qui ont formé Xi Jinping. Voici l’humble demeure où, il y a presque cinquante ans, le futur président à vie dormait aux côtés de ses collègues fonctionnaires du Parti communiste ; il y a le puits qu’il a aidé à creuser. Lorsqu’une équipe de CNN a fait un reportage sur le village de Xi, elle a été suivie partout : c’est un endroit pour rendre hommage, pas pour sourire ou critiquer.

[…]


Les mêmes règles s’appliquent ailleurs. Roy Jones d’Omaha, Nebraska, était en charge du compte Twitter de la chaîne d’hôtels Marriott, peu de temps après que Marriott ait offensé la Chine avec un sondage en ligne qui désignait le Tibet comme un pays. Certains militants tibétains ont tweeté leurs félicitations à Marriott ; Jones a approuvé le tweet. Immédiatement, des représentants du gouvernement chinois se sont plaints et Marriott, conscient de ses quelque 300 hôtels en Chine, a licencié leur employé. Comme Jones l’a découvert, on ne sait pas toujours quand on est dans le village de Xi Jinping.


On peut le voir du point de vue de la Chine. Marriott est un invité dans son pays ; les invités ne sont pas censés aborder des sujets gênants. Mais la rapidité et la force de la réponse montrent l’étendue de l’autorité de la Chine. Il en va de même pour les excuses de Mercedes-Benz pour avoir publié une citation forcément gênante du Dalaï-Lama sur Twitter. (Le géant de la voiture a promis : « Nous prendrons immédiatement des mesures pour approfondir notre compréhension de la culture et des valeurs chinoises »). Il y a une longue liste de marques qui ont été forcées, non seulement d’apaiser la Chine, mais aussi de présenter des excuses abjectes exprimant leur profonde honte de faire référence à Taïwan en tant que nation indépendante.


Il est frappant de voir ce que les intérêts commerciaux provoquent. Il y a beaucoup de choses inquiétantes sur la manière dont Facebook courtise la Chine par exemple. La tristement célèbre mise à jour de Mark Zuckerberg — « C’est génial d’être de retour à Pékin ! J’ai commencé ma visite par une course à travers la place Tiananmen », accompagnée d’une photo de ladite course, était particulièrement dégoûtante.


Vingt-neuf ans se sont écoulés depuis le massacre de la place Tiananmen. Mais en Chine, on peut encore être arrêté, voire emprisonné, pour l’avoir commémoré publiquement, selon le rapport annuel d’Amnesty International. La police peut également vous rendre visite si vous êtes un avocat des droits de l’homme, un défenseur des droits des travailleurs ou un critique de la politique gouvernementale. Human Rights Watch affirme que les militants sont torturés, détenus au secret et contraints de faire des aveux qui sont ensuite diffusés sur les chaînes de télévision et les médias sociaux de l’État. Les églises sont vandalisées par les autorités de l’État, les chefs religieux arrêtés. Tout cela s’aggrave, et ne s’améliore en rien, sous la férule de plus en plus centralisée de Xi. Le futur système de « crédit social » classera les citoyens en fonction des moindres détails de leur vie quotidienne et pourrait les empêcher de trouver des prêts ou des emplois.


Pendant ce temps, la Chine pénètre profondément dans la vie familiale de ses citoyens : ses politiques de « planification familiale », y compris les avortements forcés, ont entraîné le plus grand nombre de décès d’enfants à naître dans le monde. Le gouvernement prétend avoir mis fin à ses pratiques de prélèvement d’organes, dans lesquelles les prisonniers politiques étaient attachés à des tables et ouverts, mais les universitaires soulignent un manque de transparence. En effet, l’ampleur de la torture, des exécutions, de la détention sans procès, de l’oppression des travailleurs et de l’avortement forcé demeure un mystère — et il est encore moins probable que l’on en sache plus maintenant que la Chine place les ONG étrangères sous une surveillance plus étroite.


Ce sont des faits assez bien connus. Mais ils sont obscurcis par la campagne de relations publiques de la Chine — les Jeux olympiques de 2008 ont été un exercice de propagande virtuose — et brouillés par la flagornerie d’autres nations et institutions. L’image de la Chine est façonnée par d’innombrables extensions du « soft power ». Le rapport de février du Global Public Policy Institute, « Authoritarian Advance », a catalogué l’extraordinaire éventail de partis qui ont été poussés ou encouragés ou orientés vers une position plus acceptable pour Pékin.


La Hongrie et la Grèce ont bénéficié d’un financement chinois ; toutes deux ont fait tout leur possible pour bloquer les déclarations de l’UE sur le bilan de la Chine en matière de droits de l’homme. En 2016, trois ministres tchèques ont été publiquement dénoncés par leur propre premier ministre et président pour avoir rencontré le redouté Dalaï-Lama. Plusieurs pays d’Afrique et d’Amérique latine, qui dépendent des investissements chinois, sont de plus en plus disposés à se ranger du côté du Parti communiste dans les discussions de l’ONU sur les droits de l’homme.


Les groupes de réflexion et les universités sont également mêlés à l’argent chinois. Quelques universités ont fermé leurs instituts Confucius parce qu’elles doutaient de l’indépendance des programmes. Les médias internationaux sont implicitement avertis de ne pas regarder de trop près les affaires de la Chine : ceux qui s’égarent, comme la journaliste française Ursula Gauthier, sont expulsés bruyamment. Comme l’a fait remarquer Gauthier : « Ils se contentent de dire [aux journalistes étrangers] : attention ! Tenez-vous bien ! Si vous ne le faites pas, vous aurez la même fin qu’Ursula Gauthier. »


Ne soyons pas naïfs. Il n’y a pas de repas gratuit, et si l’argent de la Chine sert à financer l’infrastructure, l’éducation et la recherche, la Chine recevra un traitement plus amical. Il en va de même pour la diplomatie de n’importe quel pays. De plus, les gouvernements occidentaux sont loin d’être innocents à financer d’horribles programmes dans des endroits lointains. Et les pays qui se sentent isolés — disons, les nations de l’UE sous la pression de Bruxelles — peuvent considérer la Chine comme un contrepoids utile. Néanmoins, il est alarmant de constater à quel point les nouveaux amis de Pékin abandonnent rapidement et sans réserve leur solidarité avec les millions de Chinois opprimés et commencent à flatter le régime à la place.


Tout cela n’est pas pour dénigrer le peuple chinois, sa civilisation, ses réalisations dans la réduction de la faim et de la misère. Il s’agit de noter une autre façon dont la force politique est exercée discrètement aujourd’hui. Donc, si nous devons vivre à la périphérie du village de Xi Jinping, j’espère que nous ne perdrons pas aussi notre dignité. Nous pouvons peut-être aspirer, sinon à une résistance de sang-froid, du moins à l’ironie du duc de Wellington, qui aurait paraphé une lettre de cette façon : « J’ai l’honneur d’être, Monsieur, votre humble et obéissant serviteur (ce que vous savez très bien que je ne suis pas). »


Dan Hitchens (First Thing)