archives pour août 2010

  Un autre intellectuel tibétain arrêté

kalsang-tsultrim

Les autorités chinoises ont procédé le mois dernier à l’arrestation d’un autre intellectuel tibétain. Il s’agit de Kalsang Tsultrim connu pour avoir largement distribué en 2009 un témoignage vidéo sur la situation au Tibet.

[…]


D’après le TCHRD (Tibetan Center for Human Rights and Democracy), Kalsang, plus connu son son pseudonyme de Gyitsang Takmig, a été arrêté le 7 juillet 2010 dans le district de Dzoge dans la province du Sichuan.


Malgré les demandes répétées de sa famille, aucune explication n’a été fournie par les autorités mais c’est certainement son action de sensibilisation sur la situation au Tibet et la répression du peuple tibétain qui est à l’origine de son arrestation.



En août 2009, des mois après le soulèvement général au Tibet de 2008, une vidéo enregistrée par Kalsang est parvenue à passer à travers les frontières chinoises. Dans cette vidéo, Kalsang suppliait la communauté internationale “d’agir rapidement en faveur du peuple tibétain”.



Ce témoignage vidéo d’une heure dans lequel Kalsang exprime ses craintes sur l’avenir du Tibet et de sa culture a été mis sur VCD [de la vidéo sur un CD] et a été largement distribué (environ 2 500 copies) dans les zones tibétaines des provinces du Gansu, du Qinghai et du Sichuan qui recoupent les provinces tibétaines traditionnelles du Kham et de l’Amdo.



Kalsang est un moine du monastère de Gyitsang Gaden Choekorling dans le district de Sangchu (Chinois : Xiahe),  “Préfecture Tibetaine Autonome” de Kanlho (Chinois : Gannan) dans la province du Gansu. Il est également l’auteur d’un livre publié en 2008 “Miyul la phulway Jamba” (l’amour consacré au royaume humain). Un livre qui met l’accent sur les problèmes et les aspirations du peuple tibétain.

source : Phayul

 

  La police chinoise ouvre le feu sur des Tibétains du district de Palyul : 3 morts, 30 blessés

Trois Tibétains tués et 30 autres blessés le 18 août 2010 après que les forces de sécurité chinoises aient ouvert le feu sur des pétitionnaires tibétains devant un immeuble gouvernemental dans le district de Palyul, province du Sichuan.

[…]


Cet événement a eu lieu dans le village de Sharchu Gyashoed dont le responsable, Tashi Sangpo, avait écrit aux autorités chinoises locales pour que cesse l’expansion des activités d’exploitation des gisements d’or dans la région. Soucieux du fragile équilibre environnemental de sa localité, Tashi Sangpo remettait en cause l’exploitation minière dans cette zone.


Les Tibétains locaux s’inquiétaient de l’impact que ces activités avaient sur leur vie et avaient fermement réclamé des compensations au gouvernement.


Une centaine de Tibétains du village ont campé devant le quartier général du gouvernement, attendant une réponse des autorités quant à leur appel.
Dans la nuit du 18 août, les forces de sécurité ont essayé d’endormir les Tibétains à l’aide d’un gaz nocif. Tashi Sangpo et quelques autres se sont affrontés aux forces chinoises qui étaient en train de déposer des Tibétains inconscients dans un camion. C’est à ce moment-là que les forces chinoises auraient ouvert le feu à l’aveuglette, tuant 3 Tibétains dont 2, (Soeso et Papho) apparentés à Tashi Sangpo. 30 autres Tibétains ont été blessés par balles et plusieurs autres arrêtés.


Il n’y aucune information sur la condition actuelle des blessés et des détenus. Du renfort a été demandé aux districts voisins, la situation restant extrêmement tendue.

source : Phayul