archives pour septembre 2010

  4 ans de prison pour un Tibétain de Ngaba

Le 25 septembre 2010, la cour intermédiaire du Peuple du district de Ngaba a condamné Dhonko Gyakpa à 4 ans de prison pour ne pas avoir dévoilé où se cachait Chodhar, un autre Tibétain recherché par la police.

[…]


D’après Kanyag Tsering, vivant maintenant en Inde, Chodhar, un moine de 34 ans du monastère de Kirti a été condamné en avril 2010 à 13 ans d’emprisonnement pour son rôle supposé de leader de manifestations anti-gouvernementales lors des soulèvements au Tibet en 2008.
Il avait réussi à se cacher pendant presque un an. Le gouvernement local avait promis une récompense de 300 000 yuans chinois (30 000 euros) pour toute information à son sujet. Il s’est fait prendre le 25 août 2008 dans la maison de Dhonkho Gyakpa.

Dhonkho et sa femme, Soelha, ont également été arrêtés et détenus pendant un mois puis relâchés après avoir payé une caution de 15 000 yuans. Ils ont néanmoins été de nouveau arrêtés. La femme a été libérée mais pas Dhonkho qui avait déjà fait 5 ans de prison pour avoir collé des affiches anti-gouvernementales dans les rues de Ngaba lors de la campagne de rééducation patriotique de 1998.
source : Phayul

 

  Deux moines arrêtés dans la région de Lhoka

Deux moines attitrés d’un monastère de la région de Lhoka au Tibet ont été arrêtés à la suite d’une manifestation de moines contre les autorités chinoises le 19 septembre 2010.

[…]


Gyurmey Tenzin et un autre moine non identifié, tous deux attitrés au monastère de Mindroling, ont approché les autorités chinoises afin qu’elles autorisent Dralha Rinpoché à visiter le monastère. Dralha Rinpoché est un lama héritier du trône de Mindroling, l’une des six lignées de la tradition Nyingmapa dans le bouddhisme tibétain.

Le 19 septembre, environ 50 moines du monastère ont manifesté pour exiger que leur vénéré professeur ait l’autorisation de cette visite. Les autorités chinoises ont isolé le monastère en déployant des soldats tout autour qui se sont préparés pour l’assaut.

Les moines et la population tibétaine locale restent choqués par la tournure prise par les événements.

Le monastère a été fermé à tout visiteur extérieur. Plus de 80 officiels chinois d’unités de travail sont arrivés au monastère où les moines ont été soumis à des sessions de rééducation patriotique.

Le monastère Mindroling en exile, reconstruit près de Dehradun en Inde a confirmé que les faits et gestes de Dralha Rinpoché sont étroitement surveillés par les autorités chinoises.

source : Phayul

 

  Le leader de la manifestation étudiante à Machu condamné à 2 ans de prison

Un leader étudiant tibétain arrêté en mars pour avoir mené une manifestation contre le gouvernement chinois lors du second anniversaire de l’insurrection de 2008 au Tibet a été condamné à 2 ans d’emprisonnement.

[…]


D’après Dolkar Kyap, natif de Machu et vivant à Dharamsala, Thupten Nyima est accusé d’avoir initié une manifestation de 30 étudiants de l’école secondaire de la nationalité tibétaine de Machu (dans l’Amdo). Plus de 500 autres Tibétains ont plus tard rejoint la manifestation étudiante le 14 mars de cette année. Les manifestants réclamaient l’indépendance du Tibet et protestaient contre le manque de liberté. Au moins 40 personnes ont été arrêtées à la suite de cette manifestation.

Thupten a été jugé par la cour intermédiaire de la préfecture de Kanlho mais on ne sait pas où il est détenu.

Des étudiants de la même école ont protesté une seconde fois le 3 avril 2010 contre le limogeage de leur proviseur et de deux de ses assistants tibétains par les autorités chinoises.

Kyabchen Dedrol, le proviseur, et ses deux assistants, Do Re et Choekyong Tseten, ont été démis de leurs fonctions suite à la première manifestation pro-indépendance du 14 mars.

Deux étudiants ont également été expulsés de l’école suite à leur critique de la campagne de rééducation patriotique menée par le gouvernement chinois.

Defacto : Kyabchen Dedrol, le proviseur de l’école, est une des figures les plus importantes de la nouvelle vague de poètes tibétains. Il collaborait également à Chodme (la lampe à beurre), un site internet dédié à la littérature tibétaine fondé par Kunchok Tsephel qui lui a été arrêté le 26 février 2009 pour être ensuite condamné à 15 ans de prison.

source : Phayul