archives pour le mot-clef ‘Tashi Sangpo’

  La police chinoise ouvre le feu sur des Tibétains du district de Palyul : 3 morts, 30 blessés

Trois Tibétains tués et 30 autres blessés le 18 août 2010 après que les forces de sécurité chinoises aient ouvert le feu sur des pétitionnaires tibétains devant un immeuble gouvernemental dans le district de Palyul, province du Sichuan.

[…]


Cet événement a eu lieu dans le village de Sharchu Gyashoed dont le responsable, Tashi Sangpo, avait écrit aux autorités chinoises locales pour que cesse l’expansion des activités d’exploitation des gisements d’or dans la région. Soucieux du fragile équilibre environnemental de sa localité, Tashi Sangpo remettait en cause l’exploitation minière dans cette zone.


Les Tibétains locaux s’inquiétaient de l’impact que ces activités avaient sur leur vie et avaient fermement réclamé des compensations au gouvernement.


Une centaine de Tibétains du village ont campé devant le quartier général du gouvernement, attendant une réponse des autorités quant à leur appel.
Dans la nuit du 18 août, les forces de sécurité ont essayé d’endormir les Tibétains à l’aide d’un gaz nocif. Tashi Sangpo et quelques autres se sont affrontés aux forces chinoises qui étaient en train de déposer des Tibétains inconscients dans un camion. C’est à ce moment-là que les forces chinoises auraient ouvert le feu à l’aveuglette, tuant 3 Tibétains dont 2, (Soeso et Papho) apparentés à Tashi Sangpo. 30 autres Tibétains ont été blessés par balles et plusieurs autres arrêtés.


Il n’y aucune information sur la condition actuelle des blessés et des détenus. Du renfort a été demandé aux districts voisins, la situation restant extrêmement tendue.

source : Phayul

 

  Huit Tibétains sont condamnés à cause des manifestations de Ragya

Le 14 août 2009, hier un tribunal du district de Machen dans la Préfecture Autonome Tibétaine de Golok a condamné huit Tibétains à des peines d’emprisonnement diverses.

[…]

 

Parmi les huit Tibétains condamnés par le tribunal populaire du district de Machen, il y a six moines du monastère de Ragya et deux hommes civils.

 

Palden Gyatso, âgé de 40 ans, maître de discipline du monastère de Ragya a été condamné à sept ans de prison et Tsultrim, ancien maître de discipline de ce même monastère a été condamné à quatre ans de prison. Sangpo, ancien trésorier du monastère a été condamné à trois ans de prison, et Jamyang Khedup, secrétaire du conseil d’administration du monastère, a été condamné à deux ans de prison.

 

Gedun Ralo a reçu une peine d’une année d’emprisonnement, tandis que Sherab Sangpo a été condamné à deux ans de prison.

 

Parmi les deux personnes civiles, Hulo a été condamné à deux ans de prison et Yangkyab à six mois de prison.

 

Les huit Tibétains ont été arrêtés en mars 2009, suite à la mort par suicide de Tashi Sangpo, moine tibétain, âgé de 28 ans sous la pression des officiers chinois menant une enquête.

 

La mort de Tashi Sangpo, le 22 mars 2009 a provoqué immédiatement des manifestations de colère des Tibétains locaux, qui sont descendus avec des drapeaux nationaux tibétains interdits et des banderoles, scandant des slogans tels que « Indépendance pour le Tibet, longue vie pour le Dalai Lama ».

 

Quelques jours avant la date anniversaire du soulèvement national tibétain du 10 mars, des tracts contenant des messages politiques ont circulé dans l’enceinte du monastère et un drapeau national tibétain géant a été hissé sur le toit du principal hall de prière.

 

Les forces de sécurité chinoise, encerclant le monastère, prétendent avoir trouvé un drapeau national tibétain qui est interdit, et des pamphlets politiques dans la chambre de Tashi Sangpo.

 

D’après le Centre Tibétain des Droits de l’Homme et de la Démocratie, Tashi, qui s’est jeté lui même dans la rivière de Machu a été « cruellement battu et soumis à des tortures inhumaines ».

 

Les lieux où les deux autres moines se trouvent, Lobsang Dhargye et Mengag Dorjee, qui ont été arrêtés pendant la manifestation, restent inconnus selon le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala en Inde.

 

source : Phayul traduction : Tibetan.fr