La Chine couleur jasmin…

Un certain nombre d’utilisateurs d’Internet en Chine continentale essaient d’organiser des manifestations anti-gouvernement dans les grandes villes demain. Toutefois, ils se rendent compte qu’il est difficile d’échapper à la censure du gouvernement.

[…]

Un message intitulé “La Chine jasmin” – une référence à la récente “révolution de jasmin” en Tunisie – a été envoyé via le service de réseau social, Twitter (bloqué en Chine sauf pour ceux qui arrivent à “sauter le mur”). Ce message appelle à des rassemblements en masse pour exiger la liberté de la presse, des réformes politiques, l’indépendance judiciaire et un meilleur niveau de vie.

Mais il semble que les autorités qui censurent de manière très strict le contenu sur Internet, n’aient pas tardé à sévir. Un site continental – peacehall.com – qui a relayé le message a été bloqué, les utilisateurs se retrouvant automatiquement redirigés vers Yahoo.

Des recherches pour “révolution de jasmin” ne donnent aucun résultats sur les moteurs de recherche en Chine continentale.

source : RTHK.HK

 

  4 ans de prison pour un Tibétain de Ngaba

Le 25 septembre 2010, la cour intermédiaire du Peuple du district de Ngaba a condamné Dhonko Gyakpa à 4 ans de prison pour ne pas avoir dévoilé où se cachait Chodhar, un autre Tibétain recherché par la police.

[…]


D’après Kanyag Tsering, vivant maintenant en Inde, Chodhar, un moine de 34 ans du monastère de Kirti a été condamné en avril 2010 à 13 ans d’emprisonnement pour son rôle supposé de leader de manifestations anti-gouvernementales lors des soulèvements au Tibet en 2008.
Il avait réussi à se cacher pendant presque un an. Le gouvernement local avait promis une récompense de 300 000 yuans chinois (30 000 euros) pour toute information à son sujet. Il s’est fait prendre le 25 août 2008 dans la maison de Dhonkho Gyakpa.

Dhonkho et sa femme, Soelha, ont également été arrêtés et détenus pendant un mois puis relâchés après avoir payé une caution de 15 000 yuans. Ils ont néanmoins été de nouveau arrêtés. La femme a été libérée mais pas Dhonkho qui avait déjà fait 5 ans de prison pour avoir collé des affiches anti-gouvernementales dans les rues de Ngaba lors de la campagne de rééducation patriotique de 1998.
source : Phayul

 

  Deux moines arrêtés dans la région de Lhoka

Deux moines attitrés d’un monastère de la région de Lhoka au Tibet ont été arrêtés à la suite d’une manifestation de moines contre les autorités chinoises le 19 septembre 2010.

[…]


Gyurmey Tenzin et un autre moine non identifié, tous deux attitrés au monastère de Mindroling, ont approché les autorités chinoises afin qu’elles autorisent Dralha Rinpoché à visiter le monastère. Dralha Rinpoché est un lama héritier du trône de Mindroling, l’une des six lignées de la tradition Nyingmapa dans le bouddhisme tibétain.

Le 19 septembre, environ 50 moines du monastère ont manifesté pour exiger que leur vénéré professeur ait l’autorisation de cette visite. Les autorités chinoises ont isolé le monastère en déployant des soldats tout autour qui se sont préparés pour l’assaut.

Les moines et la population tibétaine locale restent choqués par la tournure prise par les événements.

Le monastère a été fermé à tout visiteur extérieur. Plus de 80 officiels chinois d’unités de travail sont arrivés au monastère où les moines ont été soumis à des sessions de rééducation patriotique.

Le monastère Mindroling en exile, reconstruit près de Dehradun en Inde a confirmé que les faits et gestes de Dralha Rinpoché sont étroitement surveillés par les autorités chinoises.

source : Phayul

 

  Le leader de la manifestation étudiante à Machu condamné à 2 ans de prison

Un leader étudiant tibétain arrêté en mars pour avoir mené une manifestation contre le gouvernement chinois lors du second anniversaire de l’insurrection de 2008 au Tibet a été condamné à 2 ans d’emprisonnement.

[…]


D’après Dolkar Kyap, natif de Machu et vivant à Dharamsala, Thupten Nyima est accusé d’avoir initié une manifestation de 30 étudiants de l’école secondaire de la nationalité tibétaine de Machu (dans l’Amdo). Plus de 500 autres Tibétains ont plus tard rejoint la manifestation étudiante le 14 mars de cette année. Les manifestants réclamaient l’indépendance du Tibet et protestaient contre le manque de liberté. Au moins 40 personnes ont été arrêtées à la suite de cette manifestation.

Thupten a été jugé par la cour intermédiaire de la préfecture de Kanlho mais on ne sait pas où il est détenu.

Des étudiants de la même école ont protesté une seconde fois le 3 avril 2010 contre le limogeage de leur proviseur et de deux de ses assistants tibétains par les autorités chinoises.

Kyabchen Dedrol, le proviseur, et ses deux assistants, Do Re et Choekyong Tseten, ont été démis de leurs fonctions suite à la première manifestation pro-indépendance du 14 mars.

Deux étudiants ont également été expulsés de l’école suite à leur critique de la campagne de rééducation patriotique menée par le gouvernement chinois.

Defacto : Kyabchen Dedrol, le proviseur de l’école, est une des figures les plus importantes de la nouvelle vague de poètes tibétains. Il collaborait également à Chodme (la lampe à beurre), un site internet dédié à la littérature tibétaine fondé par Kunchok Tsephel qui lui a été arrêté le 26 février 2009 pour être ensuite condamné à 15 ans de prison.

source : Phayul

 

  Un autre intellectuel tibétain arrêté

kalsang-tsultrim

Les autorités chinoises ont procédé le mois dernier à l’arrestation d’un autre intellectuel tibétain. Il s’agit de Kalsang Tsultrim connu pour avoir largement distribué en 2009 un témoignage vidéo sur la situation au Tibet.

[…]


D’après le TCHRD (Tibetan Center for Human Rights and Democracy), Kalsang, plus connu son son pseudonyme de Gyitsang Takmig, a été arrêté le 7 juillet 2010 dans le district de Dzoge dans la province du Sichuan.


Malgré les demandes répétées de sa famille, aucune explication n’a été fournie par les autorités mais c’est certainement son action de sensibilisation sur la situation au Tibet et la répression du peuple tibétain qui est à l’origine de son arrestation.



En août 2009, des mois après le soulèvement général au Tibet de 2008, une vidéo enregistrée par Kalsang est parvenue à passer à travers les frontières chinoises. Dans cette vidéo, Kalsang suppliait la communauté internationale “d’agir rapidement en faveur du peuple tibétain”.



Ce témoignage vidéo d’une heure dans lequel Kalsang exprime ses craintes sur l’avenir du Tibet et de sa culture a été mis sur VCD [de la vidéo sur un CD] et a été largement distribué (environ 2 500 copies) dans les zones tibétaines des provinces du Gansu, du Qinghai et du Sichuan qui recoupent les provinces tibétaines traditionnelles du Kham et de l’Amdo.



Kalsang est un moine du monastère de Gyitsang Gaden Choekorling dans le district de Sangchu (Chinois : Xiahe),  “Préfecture Tibetaine Autonome” de Kanlho (Chinois : Gannan) dans la province du Gansu. Il est également l’auteur d’un livre publié en 2008 “Miyul la phulway Jamba” (l’amour consacré au royaume humain). Un livre qui met l’accent sur les problèmes et les aspirations du peuple tibétain.

source : Phayul

 

  La police chinoise ouvre le feu sur des Tibétains du district de Palyul : 3 morts, 30 blessés

Trois Tibétains tués et 30 autres blessés le 18 août 2010 après que les forces de sécurité chinoises aient ouvert le feu sur des pétitionnaires tibétains devant un immeuble gouvernemental dans le district de Palyul, province du Sichuan.

[…]


Cet événement a eu lieu dans le village de Sharchu Gyashoed dont le responsable, Tashi Sangpo, avait écrit aux autorités chinoises locales pour que cesse l’expansion des activités d’exploitation des gisements d’or dans la région. Soucieux du fragile équilibre environnemental de sa localité, Tashi Sangpo remettait en cause l’exploitation minière dans cette zone.


Les Tibétains locaux s’inquiétaient de l’impact que ces activités avaient sur leur vie et avaient fermement réclamé des compensations au gouvernement.


Une centaine de Tibétains du village ont campé devant le quartier général du gouvernement, attendant une réponse des autorités quant à leur appel.
Dans la nuit du 18 août, les forces de sécurité ont essayé d’endormir les Tibétains à l’aide d’un gaz nocif. Tashi Sangpo et quelques autres se sont affrontés aux forces chinoises qui étaient en train de déposer des Tibétains inconscients dans un camion. C’est à ce moment-là que les forces chinoises auraient ouvert le feu à l’aveuglette, tuant 3 Tibétains dont 2, (Soeso et Papho) apparentés à Tashi Sangpo. 30 autres Tibétains ont été blessés par balles et plusieurs autres arrêtés.


Il n’y aucune information sur la condition actuelle des blessés et des détenus. Du renfort a été demandé aux districts voisins, la situation restant extrêmement tendue.

source : Phayul

 

  Un Rimpoché destitué, arrestations, suicide et 17 moines chassés au monastère Shag Rongpo au Tibet

La Chine accuse Dawa Rimpoché du monastère Shag Rongpo dans le district de Nagshu (région « autonome » du Tibet) d’avoir secrètement lancé des recherches pour découvrir la 5e réincarnation de Rongpo Choeje, le révéré dirigeant du monastère [Defacto : depuis le 1er septembre 2007, le parti communiste a promulgué une loi comme quoi « les lamas ne sont plus autorisés à se réincarner sans avoir obtenu une autorisation préalable des autorités chinoises. » Loi surréaliste pour un parti soit-disant marxiste et qui a surtout pour objectif de préparer la succession de l’actuel Dalaï-lama à la sauce pékinoise].

[…]


De plus, le Rimpoché est également accusé d’avoir contacté le leader tibétain en exil, le Dalaï-lama, à propos de la présumée découverte de la réincarnation. Il a été arrêté ainsi que quatre autres personnes le 17 mai 2010 à Lhassa, capitale du Tibet.


Les moines du monastère et des Tibétains locaux ont protesté contre ces arrestations entraînant la fermeture provisoire du monastère qui est considéré par les autorités chinoises locales comme la menace numéro 1 sur leur « liste noire » parmi les 113 monastères du district de Nagchu.


Des quatre personnes arrêtées avec le Rimpoché, 2 moines du monastère (Dungphuk et Ngawang Jangchup) et un civil (Tashi Dhondup) ont été relâchées séparément après le 21 mai 2010.


Par contre, Ngawang Jangchup, 35 ans, un lama important du monastère a été condamné à 2 ans d’emprisonnement après qu’une image du Dalaï-lama ait été trouvée dans sa chambre de moine. Avoir une image du Dalaï-lama est toujours illégal au Tibet vu qu’il est jugé comme un séparatiste voulant diviser la « Mère Patrie ».


En avril, un mois avant les arrestations, les autorités chinoises locales se sont rendues au monastère pour initier une campagne « d’éducation patriotique » auprès des moines.


Tous les moyens de communication des alentours du monastère ont été coupés avant l’arrestation.


Lutte entre les Tibétains locaux et les autorités chinoises


Après l’arrestation, environ 50 membres de l’autorité chinoise flanqués de plus de 150 militaires se sont rendus au monastère pour interroger les moines interdits de voir leur révéré lama Dawa Rinpoché.


Récusant le titre de « Rimpoché » (maître spirituel) au lama, les autorités ont ordonné aux moines de ne pas le vénérer comme tel en le cataloguant comme membre de la « clique du dalai ».


Les autorités ont également exigé un irrespect inconditionnel envers le Dalaï-lama que les Tibétains vénèrent.


Ces « exigences » ont provoqué la colère des moines et des Tibétains locaux qui se sont mis à manifester contre les autorités ce qui a entraîné la fermeture temporaire du monastère.


Un moine se suicide


Dans la foulée de ces perturbations frappant le monastère Rongpo, Ngawang Gyatso, un moine de 70 ans s’est suicidé le 20 mai.


Le défunt aurait laissé des notes confisquées par les autorités qui ont proclamé que sa mort était « naturelle ».


Les autorités ont également prévenu les moines que de dire quoi que ce soit relatif à ce suicide pouvait les mener en prison.


Impossible de savoir ce que contenaient ces notes.


Le Rimpoché libéré mais sous haute surveillance


Le lama Dawa Rimpoché a été relâché un mois plus tard mais avec l’interdiction d’endosser la moindre responsabilité au monastère.


Il ne peut avoir aucun contact avec le monastère et ses étudiants. Ses déplacements sont surveillés et restreints. Le lama âgé de 75 ans vit dans sa maison sous haute surveillance policière près de Thoego La.


Les moines exigent le retour du Rimpoché


Fermé temporairement suite aux arrestations, le monastère a rouvert récemment.


Néanmoins, mené par un dénommé Ngawang Lobsang, 17 moines supérieurs ont exigé le retour du Rimpoché et ont exprimé leur respect et leur vénération inconditionnels envers lui et le Dalaï-lama contrariant ainsi fortement les officiels chinois.


Malgré les avoir retiré de la discipline monastique tout en les persécutant, les autorités chinoises n’ont pu faire plier les moines restés inflexibles dans leurs exigences.


En conséquence de quoi les moines ont été contraints de quitter le monastère et doivent se présenter au bureau des autorités chaque semaine. De plus, leurs déplacements sont limités, et ce, pour 2 ans.


Nouvelles arrestations


Encore plus récemment, mercredi dernier (le 21 juillet 2010), 2 moines du monastère ont été arrêtés après s’être confrontés avec les autorités lors d’une réunion faite pour dénoncer le Dalaï-lama et le lama Dawa Rimpoché.


L’un des moines a été relâché rapidement, l’autre est toujours en prison sans que l’on sache où.


Khenrab, 35 ans, est le gardien (au sens de concierge) du monastère.


Excédé par les propos des officiels lors de cette réunion, Khenrab a clamé que si autant de « restrictions sévères » devaient être imposées, il était dès lors parfaitement dénué de sens de rester dans ce monastère.


Il a ensuite remis les clés du temple principal en disant aux officiels qu’ils n’avaient qu’à le garder eux-mêmes et a quitté la réunion.


Il a bien sûr été immédiatement arrêté.


sources : The Tibet Express et Phayul

 

  Rinchen Samdrup, militant écologiste tibétain condamné à cinq ans de prison

rinchen-samdrup


Rinchen Samdrup, 44 ans, a été reconnu coupable samedi d’incitation à la révolte par un tribunal de la région tibétaine de Chamdo, a annoncé la poètesse et militante des droits de l’Homme Woeser sur son blog.

[…]


L’avocat de Rinchen Samdrup, Xia Jun, n’était pas joignable dimanche, tout comme les responsables du tribunal de Chamdo.


Fin juin, un tribunal de la région du Xinjiang (nord-ouest) avait déjà condamné un de ses frères, Karma Samdrup, un collectionneur d’antiquités âgé de 42 ans, à quinze ans de prison pour profanation de tombes.


L’épouse de Karma Samdrup a confirmé la condamnation sur son compte Twitter.


L’année dernière, Chime Namgyal, un autre frère de Rinchen Samdrup, avait été condamné à 21 mois de « rééducation par le travail » pour atteinte à la sécurité de l’Etat, a rappelé samedi dans un communiqué l’organisation de défense des droits de l’Homme International Campaign for Tibet basée à Londres.


« Ces condamnations font peur à de nombreux intellectuels tibétains », a déclaré à l’AFP Woeser, qui a refusé de faire d’autres commentaires par crainte de représailles des autorités chinoises.


Rinchen Samdrup et son frère Chime Namgyal étaient à la tête d’une association de protection de la nature, dont l’activité a été saluée par les autorités et les médias chinois, rappelle International Campaign for Tibet.


Selon l’organisation, « cette condamnation de Rinchen Samdrup fait partie d’une affaire plus large contre ses deux frères, ses deux cousins et d’autres proches et soutiens à travers laquelle des intellectuels tibétains sont ciblés et emprisonnés malgré l’absence de toute activité politique ».


L’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch a dénoncé une arrestation « à caractère politique » après que les deux frères ont dénoncé des atteintes à l’environnement par des responsables locaux chinois.

source : Romandie news

 

  Après les tortures, 15 ans de prison pour l’écologiste tibétain Karma Samdrup

karma-samdrupKarma Samdrup en décembre 2008/AP


Dénonciation de fausses preuves et témoignages et allégations de torture n’auront pas dissuadé les juges. Karma Samdrup est condamné à 15 ans de prison pour des faits datant d’une décennie. Sa défense dénonce d’autres motivations : lui et ses frères ont osé accuser des officiels de trafic d’espèces en danger.

[…]


Karma Samdrup, homme d’affaires et écologiste tibétain plusieurs fois récompensé, a été condamné, jeudi 24 juin, à 15 ans de prison par la cour du district de Yanqi, dans la province du Xinjiang voisine du Tibet, a rapporté son avocat.


L’homme était accusé de s’être livré à un commerce d’antiquités pillées dans des tombes, une charge vieille de 10 ans.


Pour ses soutiens, cette très lourde sentence n’est qu’une manière de punir cet environnementaliste pour avoir pris la défense de ses deux frères, arrêtés en août dernier après avoir osé accuser des officiels locaux de se livrer à un commerce illicite d’espèces en danger. Les deux hommes étaient également à la tête d’une ONG au Tibet. Le second, handicapé, purge à l’heure actuelle une peine de 21 mois dans un camp de rééducation pour « atteinte à la sécurité nationale ». Le premier, accusé de « subversion à la sécurité de l’Etat », une qualification pénale plus grave, devait être jugé ce jeudi 24 juin, mais son procès a récemment été reporté à une date non communiquée.


Karma a dénoncé lors de son procès les tortures dont il a été la victime pendant ses six mois de détention.

Lors de la première audience, mardi, il a raconté avoir été battu jour et nuit par la police pour avouer. Les agents lui administraient des drogues le faisant saigner du nez et de la bouche. Il dit aussi avoir été suspendu en l’air plusieurs heures durant. Il a perdu environ 15 kg.


Lorsqu’elle l’a vu apparaître à l’audience, sa femme s’est montrée choquée, rapporte le quotidien hongkongais South China Morning Post. Celle-ci n’avait pas revu son mari depuis son arrestation.


Karma, un des plus importants collectionneurs d’antiquités tibétaines, a fondé il y a 5 ans une ONG pour la protection des trois rivières du Qinghai, activité qui lui a valu plusieurs prix. En 2006, la puissante chaîne de télévision nationale CCTV l’a même nommé philanthrope de l’année pour avoir su « créer une harmonie entre les hommes et la nature ».


Son avocat, Pu Zhiqiang, et sa femme se sont également plaints de multiples irrégularités lors du procès, telles que l’apport de fausses preuves et faux témoignages.


Selon les ONG de défense des droits de l’homme, cette sentence n’est qu’une nouvelle illustration du renforcement de la répression à l’encontre des artistes, intellectuels et étudiants tibétains depuis les émeutes de mars 2008.


Le juge n’a même pas tenu compte du témoignage de Karma à propos de ses sévices en prison, rapporte son avocat dans le New York Times.


Ironie du sort, le jour de l’annonce de ce verdict, la presse chinoise, restée totalement silencieuse sur cette affaire, annonce que la Cour suprême interdit désormais aux cours inférieures de retenir des aveux obtenus sous la torture.


source : Aujourd’hui la Chine

 

  3 moines tibétains arrêtés à Chamdo

3 nouvelles arrestations de moines du monastère de Wara le 7 juin d’après la radio Voice of Tibet.

[…]


3 moines du monastère de Wara de la municipalité de Thangpu, district de Jomda (chinois : Jiangda xian) dans la préfecture de Chamdo, Région « Autonome » du Tibet, ont été arrêtés après avoir été convoqués pour un interrogatoire portant sur les manifestations en 2008 et en 2009. La police les accuse d’avoir initié et conduit les manifestations dans le district de Jomda.


Kelsang Dhargay, 32 ans, Tashi Lhundup, 22 ans, et Tashi Wangdue, 35 ans ont été arrêtés le 7 juin 2010 au quartier général de la police du district.

Le moine dernier, 6 autres moines avaient déjà été arrêtés.

source : Phayul